Les Musées de Sarreguemines sont très souvent sollicités par d’autres institutions culturelles, françaises ou étrangères, pour des prêts d’œuvres le temps d’une exposition.

Des assiettes, des plats, des objets décoratifs, des éléments de service de table ou encore des panneaux en céramique sont ainsi sortis des réserves des Musées plusieurs fois par an. Ces prêts permettent de faire connaître la production de la faïencerie et de mettre en valeur le savoir-faire des ouvriers bien au-delà des frontières du département.

 

 

> Les prêts en cours

 

Parc archéologique de Bliesbruck-Reinheim

Luxe et quotidien : la vie dans deux villas romaines des bords de Sarre

Jusqu’au 31 octobre 2020

Cette exposition temporaire porte sur la fouille de deux villas romaines situées dans l'environnement direct du site de Bliesbruck : le Heidenkopf et le Grosswald à Sarreinsming.

Ces deux sites ont tous deux livré un riche mobilier archéologique illustrant des aspects de la vie quotidienne du secteur à l'époque romaine. L’exposition présente le contexte environnemental du parc archéologique de Bliesbruck et son organisation par rapport au réseau de villas romaines qui se répartissaient sur tout le territoire des vallées de la Sarre et de la Blies.

 

 

Musée de l’image d’Epinal

            Loup !  Qui es-tu ?

Jusqu’au 31 mai 2020

À la simple mention de ce nom, certains frissonnent déjà. Difficile, aujourd'hui, de porter un regard objectif sur un animal duquel on a tant dit et médit... Plus qu'un loup, c'est une image de loup qui vient à l’esprit : celui des contes et des fables, la bête monstrueuse avide de chair humaine, symbole de nos peurs les plus archaïques. S'il est si compliqué de voir le loup comme un simple animal, c'est en raison du poids culturel qu'il porte sur ses épaules depuis des siècles.

Alors que la question du retour du loup en France depuis 1992 est plus que jamais d’actualité, le musée se penche sur la construction du loup culturel. Celui qui habite notre inconscient collectif et dont l’image se transmet de génération en génération. D’où vient cette réputation ? Comment la « peur du loup » s’est-elle forgée en Occident ?

Découvrez au Musée de l’Image l’aventure culturelle du loup à travers les estampes populaires françaises : témoins des regards portés sur l’animal, elles construisent et diffusent le mythe. Spécimens d’histoire naturelle, ouvrages anciens, objets d’art, peintures et musiques enrichissent le parcours de l’exposition.

Archives départementales de la Moselle, Saint Julien-les-Metz

            Loup y-es-tu ?

Jusqu’au 19 juin 2020

Les traces du loup sont encore présentes aujourd’hui, car la toponymie, les expressions populaires ou les récits sont autant de marqueurs d’une présence ancienne.

En Moselle on ne signale plus de loups après 1892, mais quelques spécimens sont aperçus dans les Vosges et en Meurthe-et-Moselle dans les années 1920. Pour autant, l'animal ne disparaît pas de l'imaginaire collectif. Qualifié de bête féroce puis de nuisible, il reste présent dans les contes, fables et autre littérature. Plus encore, sa présence est attestée dans les Vosges en 2012 et aux limites du département de la Moselle.

L’exposition illustre par des documents d'archives, des ouvrages et des objets cette rivalité entre l'homme et l'animal, du Moyen Âge à l'extinction de l'espèce au début du XXe siècle, jusqu’aux nouveaux enjeux nés de sa protection.

 

 

 

Musée de la Tour aux Puces de Thionville

Monstres, de la mythologie à l’ornementation

Jusqu’au 1er mars 2020

La notion de monstre est très vaste. Elle peut définir une espèce existante mais présentant une anomalie concernant un nombre inhabituel de membres : un chien à trois têtes, un cheval à huit pattes… Elle peut évoquer l’homme sauvage, l’homme déformé, les animaux normaux qui s’adonnent à des activités anormales, les anges et les génies ailés.

Elle désigne aussi les êtres hybrides, c’est-à-dire composés de deux ou plusieurs parties issues d’espèces différentes : les centaures, les sirènes, les satyres, les griffons… L’hybridation est à l’origine même du monstrueux et sera par conséquent le seul volet de la monstruosité abordée dans cette exposition.

La représentation du monstre est très utilisée en architecture ou dans les Arts décoratifs. Cet engouement persiste au XIXème siècle, en particulier dans les manufactures de faïence qui font du faune et du satyre des motifs récurrents.

 

 

 

> Les prêts à venir

 

Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourd

L’œil de Huysmans : Manet, Degas, Moreau

Du 3 avril au 19 juillet 2020

Une exposition consacrée à Joris-Karl Huysmans, écrivain et critique d’art du 19ème siècle. A travers cette présentation encyclopédique, le MAMC souhaite présenter les différentes personnalités de l’auteur qui a défendu l’impressionnisme, le symbolisme et les artistes primitifs.

Völklinger Hütte (Allemagne)

Mon Trésor, les richesses de l’Europe en Sarre

Du 12 septembre 2020 au 11 avril 2021

Une découverte des trésors cachés de la Sarre : objets d’exceptions archéologiques, artistiques ou encore industriels permettant de montrer la dimension européenne de cette région transfrontalière. L’histoire de la région est ainsi présentée à travers un panel de pièces choisies qui apportent une approche personnelle et subjective.

Musées de Charleville Mézière

            150 ans de la guerre de 1870 (titre non définitif)

De mai à octobre 2020

Dans le cadre des commémorations autour de la guerre de 1870, l’exposition s’attache à présenter le conflit sous l’angle de la littérature, notamment à travers les textes d’Arthur Rimbaud. Différents aspects seront évoqués : les conflits, la peur dans les campagnes, la misère mais aussi le patriotisme et la représentation des soldats, le tout à travers la vision des auteurs de l’époque.

Cité de l’architecture et du patrimoine de Paris

            Art Déco France-Amérique, l’émulation réciproque

De novembre 2020 à février 2021

De nombreux architectes américains ont été formés à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris. L’exposition propose de montrer les liens existants dans ce domaine entre la France et les Etats-Unis. A cette époque, en parallèle, un nouvel état d’esprit s’installe outre Atlantique chez les artistes : on repense l’architecture, la sculpture, le cinéma, le sport, l’aviation, le mobilier, etc. Toutes ces nouveautés sont mises en valeur lors des expositions universelles, objet de toutes les attentions de la part des nations afin de démontrer leur puissance et leur créativité.